Fairouz

Artistes orientaux
 Artistes Algériens
 Artistes Egyptiens
 Artistes Irakiens
 Artistes Libanais
 Artistes Marocains
 Artistes Syriens
 Artistes Tunisiens

Annuaire Oriental
Caméraman photographe mariage
Caméraman / Photographe

Location de salles de réception
Location salle de réception

Restaurant Oriental
Restaurant oriental

location de voitures luxe limousine mariage
Location de voiture

negafa neggafa location de robes orientales
Negafa, coiffure, beauté


Décoration orientale

traiteur halal hallal cuisine hallal
Traiteur hallal

patisserie orientale
Pâtisserie Orientale

dj oriental mariage oriental
Dj oriental

orchestre oriental
Orchestre oriental
Autres rubriques [Suite...]


Pages oranges
Mosquée/Islam
Consulat d'Algérie
Consulat du Maroc
Consulat de la Tunisie
Journaux, Revues, Magazines
Radio tv arabe Orientale
Boucherie Hallal/Epicerie
Associations humanitaires
Sites de Musique orientale
Artistes maghrébins/Orientaux
Recettes orientales
Villes arabes/berbères
Orientalement.net
Autres liens


Page du Caftan






Fairouz

(Liban)
Page visitée 31401 fois
Réf. : t33 accessible sur : www.orientalement.com/t33   envoyer ce blog à un ami Conserver momentanément ce blog

De son vrai nom Nouhad Haddad, Fairouz est issue d'une famille paysanne du village de Ddayeh (Haut Liban) qui quitta son village en 1935 pour venir s'installer à Beyrouth dans un quartier populaire : Zokak Elblat.
Fairouz, une des plus grandes vedettes de la chanson arabe, a débuté sa carrière en 1947 alors qu'elle participait à la chorale de Mohamed Fleifel. Elle fut présentée à Halim Elroumi qui dirigeait la radio du Proche-Orient " Mahattat Ach-Charq Aladna " créée en 1942 pour soutenir la politique des alliés dans les pays arabes. Halim Elroumi l'auditionna avec des chansons de Farid Al Atrache et Asmahan. IL lui ouvrit les portes de la radio et croyant en son avenir, il composa pour elle.

C'est chez Halim Elroumi que se fera la rencontre du destin entre Fairouz et les frères Rahbani. Entourée de ces tris compositeurs avant-gardistes, partisants enthousiastes du renouveau de la musique arabe, ce sera pour elle une rupture totale avec la tradition et le point de départ d'un cosmopolitisme qui s'avérera enrichissant pour la musique arabe des années 40 et 50. Dans cette recherche du renouveau, Fairouz apportera d'une part sa voix pure et d'une richesse infinie d'inflexions et d'autre part une façon de chanter, toute en demi-teinte, porteuse d'une certaine mélancolie et de la nostalgie du temps qui passe, une voix séraphique, émanant, dit-on des jardins d'Eden.

Les frères Rahbani (Assi et Mansour), jouant de cet instrument parfait, s'attelèrent, en collaboration avec le groupe argentin Eduardo Bianco à la teche de donner à cette nouvelle artiste un répertoire issu du floklore national mais traité comme la musique de l'Amérique du Sud. Ce fut l'époque d'Azzaroura, de Ya Hneyina, Ya Ghzayel, Nahna Ouelqamar Jian, où la richesse du floklore national s'allie harmonieusement aussi bien à l'influence occidentale qu'aux sources traditionnelles pour donner à la chanson arabe un nouvel essor.

Cette forme nouvelle suscitera immédiatement la réaction des traditionalistes qui combattent avec acharnement cette "hérésie" qui risquerait de défigurer le chant arabe et de nuire à sa tradition musicale. Les frères Rahbani répliqueront par Ila Raaya et par un Dawr de sayed Derwiche : Zourouni Kol Sana Marra oeuvre dans la plus pure tradition mais toujours avec une orchestration moderne.

Dès lors, Fairouz qui avait épousé Assi Rahbani en 1954, a su faire valoir toutes ses capacités et son immense talent en interprétant des Mouwachahs et des Qacidas tout en étendant sans cesse son répertoire de chansons modernes. Les pleurs et les gémissements sont bannis de son interprétation ; les textes, hors des sentiers battus de la poésie classique, se trouvent transfigurés par son interprétation très personnelle et par sa voix qui rend sublime tout ce qu'elle chante. Désormais sa route est toute tracée, elle va l'emporter avec son compagnon vers le succès et la gloire.

En 1957, elle inaugure le Festival de Baalbek où, pour la première fois, elle rencontre le public en plein air, sur des planches installées au pied des gigantesques colonnes du temple romain. Elle remporte un tel triomphe qu'on la surnomme aussitôt la septième colonne. La Syrie à son tour lui ouvre ses portes dès 1960 et elle sera l'invitée de la biennale de Damas. La chanosn des frères Rahbani passera du sketch musical à l'opérette populaire, et au théâtre musical à Baalbek, mais à Damas, elle sera dans la plus pure tradition classique avec des oeuvres arabo-andalouses, des Mouwachahs et des Qacidas. Le public, qui lui faisait chaque fois un triomphe, ne se trompait pas quand il admirait les multiples facettes de cette artiste éblouissante. Sa beauté a souvent été comparée à la turquoise dont elle porte le nom depuis sa première collaboration avec Halim Elroumi. Il est loin le temps des hymnes nationaux et des chansons de farid Elatrache et d'Amahan qu'elle interprétait quand elle se produisait à la radio et dans les fêtes privées.

Elle est devenue la vedette incontestée de tout le monde arabe et non plus du seul Liban, dont elle est la voix et auquel elle est restée fidèle : elle est en effet la seule artiste à y avoir demeuré en permanence malgré la guerre et les propositions alléchantes d'un exil doré à Amman, au Caire ou à Rabat.

Elle chante non seulement le Liban mais aussi la Palestine, la Syrie, La Mecque, sans renier d'ailleurs ses origines chrétiennes qu'elle exprime dans un grand nombre de chants religieux pour Pâques et Noël.

A l'automne 1975, Alors que la capitale est mise à feu et à sang, elle chante tous les soirs sur la scène du Picadilly de Beyrouth.

Articles

Restaurant oriental

visitez ma vitrine n°1139 sur MariageService.com
MariageService
Indiquez ici votre réf.

Ajouter aux favoris cette page comme page de démarrage Envoyer à un ami Nous envoyer un email

Espace Connexions
Login :
Passe :
S'inscrire
Problème de connexion
création de site dynamique




Les heures de prières sur votre téléphone portable
caméra photo mariage oriental

Dj Oriental

[ Accueil | Echange de liens | Page de démarrage | Ajouter aux favoris | tarifs et avantages | Contact ]
Orientalement.com © Tous droits réservés. Conception et réalisation de 01Pro
Dernière mise à jour :  25/04/2014 - Nombre visiteurs : 458 846 606

Patisserie |negafa algérienne |reportage |annuaire mariage |salles |horaires |Restaurant |Orchestre oriental |Déco |orchestre marocain |StudioProd |Voiture |restaurant |Traiteur |orientalement |dj Oriental |Neggafa |dj Anouar |Dj oriental |